jeudi 14 février 2019

Cœur de boxeur - Apologie de Christophe Dettinger / par Gévaudan / deux premiers chapitres







Avant-propos

« Je manifeste pour tous les retraités, le futur de mes enfants, les femmes célibataires. Je suis un Gilet jaune, j’ai la colère du peuple qui est en moi. »
Christophe Dettinger, à la veille de se présenter, de lui-même, à la police, le 7 janvier 2019

Cher Christophe Dettinger,
Je vous écris ces lignes, dans les deux premières semaines de février 2019, alors que vous êtes embastillé depuis plus d’un mois, en détention provisoire, à la Maison d’arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne), bâtiment D3, numéro d’écrou 448 837.
Comme vous-même, dans l’action intrépide qui vous vaut à la fois prison et célébrité, je ne porte pas de masque, pas même une capuche, ni casque, ni bouclier, ni genouillères… Je signe cette lettre ouverte d’un nom symbolique de résistance, Gévaudan, qui n’est donc pas un pseudonyme, une dissimulation de mon identité. A l’état civil, je suis Antoine Peillon. Donc, disons, pour la circonstance : Antoine Peillon, allias Gévaudan, auteur, entre autres, de Corruption (2014) et de Résistance ! (2014), où il était déjà question - dans l’ordre - de ce qui vous révolte, mais aussi de ce qui vous anime.
« Pourquoi Gévaudan ? », me direz-vous. Parce que, depuis mon enfance buissonnière, j’ai le loup pour totem, mais aussi parce qu’une ancienne ferme est mon refuge dans ce haut pays, entre Margeride et Cévennes, ou qu’enfin, les compagnons de Jean Bruller (Vercors) et de Pierre de Lescure, qui fondèrent les éditions de Minuit dans la clandestinité, en février 1942, ont pris aux terroirs les plus sauvages de notre pays leurs très beaux noms de guerre : Forez (François Mauriac), Argonne (Jacques Debû-Bridel), Auxois (Édith Thomas), Vivarais (Pierre Bost), Minervois (Claude Aveline), Mortagne (Claude Morgan), Cévennes (Jean Guéhenno), Hainaut (Georges Adam)…
Pour leur rendre hommage, amis de Minuit ; non par équivalence de situation, bien entendu.
Mais je ne vous fais pas cette lettre pour vous parler de moi. La littérature nombriliste, il y a déjà tout ce qu’il faut dans les librairies, encore et toujours. Les présentations étant faites… Ici, en clair et net, je ferai une espèce d’apologie de vous-même. « Apologie » (ἀπολογία), au sens de Platon (justification, défense), autant qu’à celui de Fétizon [i], car à Dieu seul la gloire !
Bien entendu, je suis le seul responsable de ce qui est écrit dans ces pages, vous-même, Christophe, n’étant en aucun cas « source » de mes commentaires sur l’actualité de notre monde.
Ce soir, je relis Jacques Ellul, le prophète, le résistant, et je trouve dans ses paroles la justification de cette lettre ouverte : « Nous avons à faire un travail de lumière, de liberté et de vie pour les hommes qui sont dans une société où la lumière, la liberté et la vie sont niées. C’est une existence de combat. Et de risque. »[ii]
En pensant témoigner du sens véritable de votre engagement, j’ai cependant l’espoir d’ajouter le Gévaudan dans l’atlas de la France résistance, votre France, dont la devise pourrait être, maintenant, « Force et honneur ! »

Le Pont-de-Montvert, jeudi 14 février 2019, S. D. G.


dimanche 4 décembre 2016

Pour un engagement 100% citoyen !

  La perpétuation de l’« état d’urgence » – « état d’exception », en vérité[1] – ne masque plus les asservissements ultralibéraux, les violences maffieuses ou d’État et la corruption systémiques qui attisent la dialectique apocalyptique de la guerre civile mondiale et de la dictature globalisée.

Front populaire - 1936 - DR

lundi 8 août 2016

"Résistance !", lu par Vivien d’Andrésy | revue "PROJET" (juillet 2016)

"Historiquement inspirées par des convictions philosophiques ou religieuses (Calvin, Thoreau), les pratiques de désobéissance civile prennent aujourd’hui un tour politique. Leurs auteurs seront, selon le journaliste, les héritiers directs de la Résistance, à condition de proposer des solutions alternatives à grande échelle, sans repli sur soi, au nom de l’humanité tout entière..."
Résistance !
Société |  Antoine Peillon |  Seuil, 2016, 318 p. / Par Vivien d’Andrésy | PROJET
Revue PROJET 
Revue PROJET, 7 juillet 2016

mercredi 30 mars 2016

Résistance ! / la revue de presse

"Contre le culte de l’argent, la concurrence et la démoralisation", Antoine Peillon appelle à résister

04/03/2016 | 10h38
Dans une livre sous forme à la fois d’enquête journalistique et de réflexion théorique, Antoine Peillon appelle à la “résistance” dans une République crépusculaire. Une colère sincère et étayée, nourrie de nombreuses lectures, qui invite à une nécessaire conversion intellectuelle et morale.

lundi 14 mars 2016

Résistance !

Le Seuil, parution le 3 mars 2016. Rejetant le populisme autant qu’elle dénonce la dictature du marché, cette nouvelle résistance civique se cherche. Mais sa montée en puissance semble irrésistible...

rejoignezlaresistance


dimanche 13 mars 2016

le veilleur / INPI

Protection de la marque "le veilleur" pour les produits et services des classes 16, 38 et 41 (n° national : 16 4 256 255)